vendredi 16 juin 2017

Football - La Hongrie au tapis

"Ils pensaient transformer l’essai et jouer des coudes au Mondial russe après un Euro honorable stoppé en huitièmes de finales par les Diables rouges. Malgré les stades construits à foison en Hongrie, la pluie d’argent déversée sur le foot par le gouvernement de Viktor Orbán et le charisme de capitaine Dzsudzsák, le « Nemzeti 11 » de Bernd Storck a vécu son Knysna en se cassant les dents contre Andorre vendredi dernier et n’ira pas à la Coupe du monde 2018. Un retour de bâton mérité ?
«  Il y a un an, on était au top. Aujourd’hui, c’est l’enfer. J’ai donné mon maximum et en réponse on me balance : "Dzsudzsák l’arabe", "Dzsudzsák le fou du pognon". Je suis le capitaine et le premier fautif, celui qui doit payer. J’assume les conséquences. Il n’y a pas de mots ni de pardon qui tiennent.  » Balázs Dzsudzsák, l’Émirati d’adoption chéri du côté d’Abu Dhabi, pleure comme une madeleine dans la zone mixte de l’Estadi Comunal. Son doublé contre le Portugal à l’Euro et l’incroyable parcours en France de ses camarades magyars sont déjà aux oubliettes. Le «  Nemzeti 11 » , défait 1-0 par Andorre, est devenu la risée d'un pays qui se pâmait littéralement devant la sélection un an auparavant." La suite sur sofoot.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire